Exposition Fernand Quignon musée de Montreuil

Affiche expo terre mer
Affiche expo terre mer

Exposition « Fernand Quignon terre et mer » 14 mai – 23 décembre 2011 Musées de Berck et de Montreuil

Musée Roger Rodière
Hôtel Saint-Walloy
Place Saint-Walloy
62170 Montreuil-sur-Mer
Tel : 03-21-86-90-83
musee-rodiere@orange.fr
www.2p2m.org
Musée ouvert tous les jours sauf le mardi
Février, novembre et décembre : 14h – 17h
Mars, avril et octobre : 10h – 12h et 14h – 17h
De mai à septembre : 10h – 12h et 14h – 18h

Fernand Quignon (1854 – 1941)
Terre et mer
14 mai – 23 décembre 2011
Né le 20 septembre 1854, à Paris, Fernand (Ferdinand pour l’état-civil) est le fils d’un prospère ébéniste d’art à qui succède, en 1871, le frère aîné du peintre. Fernand travaille pour l’entreprise familiale en tant que dessinateur-concepteur jusqu’en 1879 où le succès de la maison est tel qu’il lui permet de se consacrer à la peinture. Ses amis Alfred Roll (1846-1919), fils d’ébéniste comme lui, et Charles André (1850 – 1915) l’encouragent dans cette voie.
Les années de formation
En 1879 et 1880, Quignon sort à de multiples reprises peindre « sur le motif » en Île de France. Il fait l’incontournable voyage en Italie en 1880, expérience d’autant plus indispensable qu’il s’affirme en autodidacte. L’acceptation en mai de deux de ses oeuvres au Salon valide ses choix. La même année, il découvre Pont-Aven et séjourne à la pension Gloanec pour laquelle il exécute en compagnie d’Herman Van den Anker (1832 – 1883) l’enseigne qui trônera longtemps au-dessus de la porte d’entrée. Durant trois années, Quignon y fait l’expérience du plein air naturaliste, se lie avec de nombreux artistes, dont Claude E. Schuffenecker dont il devient le voisin, rue Boulard à Paris et chez qui il rencontrera Paul Gauguin.
C’est de Pont-Aven que Quignon sollicite la main de Marie Gestelli, fille d’un ébéniste-sculpteur de l’entreprise familiale, qu’il épouse en 1881.
Peintes en vallée de Chevreuse, « Les Moyettes » lui valent une médaille de troisième classe au Salon de 1888 et marquent le début d’une notoriété que consacrent la participation à l’exposition universelle de 1889 (médaille de bronze) et l’achat par l’Etat pour le palais de l’Elysée du « Blé noir ». Peu après le Vexin (1887), il fait connaissance de la Côte d’Opale lors d’un séjour à Cayeux (1889).
Un artiste consacré
L’obtention d’une médaille de seconde classe au Salon de 1891 (« Les regains ») et sa nomination « hors-concours » autorisent Quignon à y exposer dorénavant les oeuvres de son choix, ce qu’il fera jusqu’en 1941.
Artiste reconnu, Quignon dispense ses conseils à de jeunes peintres dont Gustave Loiseau (1865 – 1935) qui reçoit auprès de lui durant 6 mois (1889) sa seule formation spécifique en peinture. De multiples expositions, en France et à l’Etranger (Chicago, Anvers, Münich, Saint-Petersbourg, Moscou, Buenos Aires…) attestent la notoriété du « Peintre des moissons » qui reste présent dans de nombreux salons après la Grande Guerre.

3 Comments

  1. PAT HALEY says:

    27 juin 2011 at 5 h 28 min

    do you have a book or catalogue of this show
    fernand quignon?
    tere &mer
    i am in ct. usa
    and would like to purchase the above if available
    thank you – pat

    • says:

      10 juillet 2011 at 11 h 03 min

      We have two catalogues:

      - Fernand Quignon, catalogue raisonné, 290 pages, 32€
      (All the paintings of the painter)

      - Fernand Quignon, terre et mer, 64 pages , 12€
      with the drawings of the painter

      bests regards

      Le Musée Rodière

  2. THIEFFRY says:

    7 novembre 2011 at 13 h 58 min

    Bravo pour les 2 expositions de Montreuil et de Berck
    c’était superbe et ces expositions n’ont rine a envier aux grnades expositions parisiennes
    On reviendra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.