London in Calais

After Bell, bronze, 1982

Barry Flanagan, After Bell, bronze, 1982, musée des beaux-arts, Calais. Acquisition réalisée avec le soutien du Fonds Régional d’Acquisition des Musées (Etat/Conseil Régional du Nord-Pas de Calais). N° inv. 983.5.1 © F. Kleinefenn

 

London in Calais

Sculpture anglaise contemporaine des collections

 

Du 17 juillet au 14 octobre 2012

 

A l’occasion des Jeux Olympiques de Londres, le Musée des beaux-arts de Calais déploie ses collections anglaises contemporaines. Depuis près de trente ans le musée a ancré sa politique d’expositions temporaires et d’acquisitions en direction de l’art britannique. Il est un des seuls en France à solliciter, à accueillir et à valoriser ses artistes. Aux dessins de Cox, Callow, Cristall, Turner et Bonington… exposés dans Watercolours, collection d’aquarelles anglaises du musée en 2011 succède London in Calais consacrée principalement à la sculpture contemporaine anglaise. Cette dernière a renouvelé l’art figuratif comme l’art conceptuel en questionnant le rôle du socle, celui de la main et du geste du sculpteur, la naissance des formes, les échelles ainsi que le rapport de la sculpture à l’espace environnant et au spectateur.

 

Une dizaine de sculptures monumentales des plus grands noms de David Nash à Bill Woodrow, un film réalisé par Alain Fleischer « Anthony Caro, la sculpture comme religion », une trentaine de photographies ainsi que des peintures, dessins et gravures plus anciennes de William Hogarth témoignent des origines de cette collection qui se poursuit encore aujourd’hui. Les dernières acquisitions concernent les œuvres de Norman Dilwoth. Lors d’une exposition qui lui est consacrée au musée des beaux-arts de Calais en 2005, l’artiste anglais se sent déjà chez lui : « Anglais de naissance, lillois depuis peu, je ne pouvais qu’être sensible à l’histoire lointaine et récente de cette ville qui fut deux cents ans enclave britannique en Europe, où le tulle devint dentelle mécanique grâce à mes compatriotes… où à huit ans je jouais sur la plage….».

 

Dans les années 80, le musée de Calais a constitué sa collection de sculptures contemporaines autour des figures tutélaires de la scène anglaise et notamment de ceux issus de la célèbre école de la Saint Martin’s School of Art de Londres. Elle a vu se succéder des générations d’artistes qui ont renouvelé la sculpture anglaise. Anthony Caro, assistant d’Henry Moore, eut un rôle important dans les ruptures pédagogiques à venir au sein de l’école, de plus en plus perméable à l’art américain et au monde contemporain. Parmi ses élèves, on trouve Barry Flanagan et Richard Deacon. John Latham y enseigna également de 1965 à 1967.

 

Depuis plus de 20 ans, des commandes photographiques ont également été passées à des artistes contemporains les invitant à s’emparer de la dentelle et des sculptures où se mêlent fil, mode, corps ont été achetées. C’est le cas des artistes Michael Kenna et Alison Wilding.